« Tourner la page » de De Audur Jónsdóttir

tournerTourner la page
De Audur Jónsdóttir
Traduit par Jean-Christophe SALAUN
Édition Presse de la Cité
464 pages
Paru le 27 août 2015
22€

« S’il t’est véritablement impossible de prendre soin de toi, veux-tu au moins me faire le plaisir de t’occuper de ton roman ? »
Un beau matin, Eyja se réveille dans un petit village de pêcheurs islandais, mariée à un ivrogne de vingt ans son aîné. Si ce dernier empoisonne son quotidien, elle ne parvient pourtant pas à s’en détacher. Mais sa grand-mère, déterminée à la bousculer, lui offre un nouveau départ et l’envoie rejoindre sa cousine, l’audacieuse Rúna, en Suède. Il est temps que la jeune femme tourne la page. Là-bas, parviendra-t-elle à écrire le roman auquel elle pense depuis des années ?

L’angoisse de la page blanche… Eyja rêve de cet impossible rêve du premier roman. Elle, la petite fille d’Halldór Laxness, prix Nobel de littérature 1955. Une figure majeure de la nation et de la culture islandaises (NDLR : authentique). Oui, mais la plume d’Eyja reste muette. Mariée au Coup de Vent qui se dilue dans l’alcool, la jeune femme finit par suivre les recommandations de sa grand-mère et accepter « l’exil » chez sa cousine en Suède. Une ancienne championne de ski un brin extravertie et un séjour à l’étranger, il n’y a rien de tel pour tourner la page… Audur Jónsdóttir crible son roman d’éléments autobiographiques. Multiplie les flashbacks à en perdre le lecteur mais, comme les chats, finit par retomber sur ses pattes. C’est parfois rude, or Tourner la page vaut la peine qu’on s’accroche. On y croise des femmes attachantes aux parcours chaotiques. On y goûte surtout l’esprit d’un Woody Allen et l’esthétique torturée de David Lynch. Un cocktail forcément enivrant.

Servi par un style vif et sans fioritures, ce texte moderne et intelligent sur la reconstruction de soi pose aussi la question de la création littéraire.

« Un des plus éminents ouvrages de l’année passée, voire des années passées. » Hallgrímur Helgason