Le parc national de Vatnajökull sur la liste de patrimoine mondial naturel

Aujourd’hui, à Baku, le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a inscrit le parc national de Vatnajökull sur la liste de patrimoine mondial naturel.

Monsieur Kristján Andri Stefánsson, le chef de délégation d’Islande a exprimé la satisfaction de son gouvernement à cette nouvelle.

Le parc constitue un site naturel unique. Il couvre environ 14% du territoire islandais et on y trouve le plus grand glacier de l’Europe. Le parc national de Vatnajökull représente une valeur unique pour l’humanité par sa nature grandiose, les interactions entre le feu et la glace et la diversité géologique qui en résulte, visible à la surface du parc.

La Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO part du principe que certains lieux de la terre ont une valeur internationale particulière et appartiennent en tant que tels au patrimoine commun de l’humanité.

L’Islande compte déjà deux sites sur la liste du patrimoine mondial, Þingvellir (2004) et Surtsey (2008)

Courrier d’Islande 2019-N°02

Le nouveau « Courrier d’Islande » est sorti.
– Assemblée générale de l’association
– Actualités
– Brèves
– À la recherche de l’esprit viking
– Skógar, un village qui vaut le détour
– Témoignage, « L’Islande a bouleversé ma vie »
– Skáld, le groupe français qui fait revivre la musique traditionnelle nordique
– Lectures du moment
– Recette inspirée du fameux Hjónabandssæla, un gâteau traditionnel islandais
Pour adhérer à l’association France-Islande (et recevoir la revue) :
http://www.france-islande.fr/adherer-a-lassociation-france-islande/

ci

Venez soutenir l’équipe de foot islandaise lors de la coupe du monde

L’association France-Islande a décidé de s’associer au Njutbar pour partager ensemble cet évènement dans une ambiance joyeuse et conviviale.
Nous vous invitons ainsi pour les premiers matchs de la compétition de l’équipe d’Islande à nous rejoindre au Njutbar – 2 Rue de la Banque – 75002 Paris.
Ces matchs auront lieu aux dates et horaires suivants :
Le samedi 16 juin à 15h00
– Le vendredi 22 juin à 17h00
– Le mardi 26 juin à 20h00.
A cette occasion, et pour signifier votre soutien à l’équipe d’Islande, vous êtes priés de vous munir d’un signe distinctif islandais, quel qu’il soit !
Et surtout, n’oubliez pas votre carte d’adhérent qui vous garantira un tarif exceptionnel de 4 euros pour toute consommation.
Afin de faciliter l’organisation de cet évènement, merci de nous informer de votre présence, (ainsi que le nombre de participants) en m’adressant un MP via le forum (http://france-islande.com/forum/viewtopic.php?p=22142#22142)
Nous espérons vous vois nombreux et pouvoir ainsi partager ensemble un moment islandais qui pourra se prolonger après chaque match si le coeur vous en dit.
Capture  njut

Icelandair s’offre le Vatnajökull pour ses 80 ans

La compagnie aérienne transatlantique transforme un Boeing 757-200 entier en une oeuvre d’art volante inspirée par la plus grande masse glaciaire d’Europe
Icelandair garantit la vue époustouflante des glaciers islandais aux passagers du monde entier avec son nouvel avion Vatnajökull
L’avion Vatnajökull arbore une magnifique image peinte à la main du glacier duquel il tire son nom, et comprend également une décoration intérieure sur le thème de ce glacier spectaculaire
Le Vatnajökull est considéré comme l’une des sept merveilles naturelles d’Europe et constitue la plus grande masse glaciaire d’Europe, couvrant une superficie de plus de 8 000 km² L’avion Vatnajökull démontre l’engagement d’Icelandair à inspirer ses passagers et à leur offrir des expériences uniques, en s’assurant qu’ils apprécient le voyage autant que la destination L’avion Vatnajökull rejoint la flotte d’Icelandair en faisant des apparitions dans l’ensemble de son réseau et en volant au-dessus de l’océan Atlantique tous les jours.
La compagnie aérienne transatlantique Icelandair s’apprête à ajouter un brin de grandeur dans le ciel avec le lancement de son avion inspiré par le glacier Vatnajökull. L’avion Vatnajökull fait partie de la flotte transatlantique d’Icelandair, offrant aux passagers une expérience garantie du glacier Vatnajökull.
(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/511216/Icelandair_Vatnajokul_1.jpg )
(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/511217/Icelandair_Vatnajokul_2.jpg )
(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/511218/Icelandair_Vatnajokull_Plane_Interior.jpg )
(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/511326/Icelandair_Boeing_757_200_Livery_1.jpg )
(Photo: http://mma.prnewswire.com/media/511327/Icelandair_Boeing_757_200_Livery_2.jpg )
Tous les avions d’Icelandair tirent leur nom de volcans islandais et cette livrée spéciale rejoint l’Hekla Aurora, créé en 2015 et inspiré par les aurores boréales.
Ainsi, lorsque vous emprunterez une ligne transatlantique ou ferez une escale, vous pourrez explorer un autre phénomène naturel avant d’atterrir. Icelandair a mis cet avion en service dans le cadre des célébrations de son 80e anniversaire cette année. L’avion est peint à la bombe à la main par une équipe d’artistes, le même groupe qui a créé l’avion Hekla Aurora. Le processus d’aérographie utilisé pour créer l’image du glacier est extrêmement insolite, et cette tâche exigeante prendra un total de 24 jours à l’équipe, qui emploiera 195 litres de peinture. Pour couvrir l’intégralité de l’avion, 1 062 litres seront nécessaires, ce qui représente plus de 200 bombes à usage domestique. Le nouvel avion Vatnajökull arbore également de merveilleux brins de magie inspirée par le glacier dans sa décoration intérieure, afin de répliquer l’expérience du glacier Vatnajökull. Un éclairage ambiant bleu avec des LED mobiles sera installé dans la cabine principale, tandis que les appuie-têtes arboreront un magnifique design blanc glacier et turquoise brillant. Même le chariot à boissons sera transformé en une mini grotte de glace, tandis que les verres, les serviettes jusqu’aux sacs prévus pour le mal de l’air seront décorés avec des estampes du glacier !
En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-13580952.html
vatnajökull photo icelandair

Le nouveau gouvernement est (enfin) formé

“Það tókst, loksins” (Ça a enfin marché !) s’est écrié Bjarni Benediktsson, nouveau Premier Ministre, en annonçant le programme de son gouvernement ! Comme promis, je présente ce nouveau gouvernement et les principaux éléments de programme sur lequel il est engagé. Un accord n’était pas évident tant les valeurs et les programmes des trois partis, et surtout leurs poids relatifs, sont disparates. Et il reste encore beaucoup de flou !
En Islande bien des observateurs doutent de la pérennité de cette majorité ; j’en parle à la fin de ma chronique. A l’extérieur des esprits chagrins s’interrogent : écarter un Premier Ministre cité dans les Panama Papers pour en choisir un autre, cité lui aussi ?

Pour mémoire les élections législatives ont eu lieu le 29 octobre, et il est tout de suite apparu que la construction d’une majorité serait une entreprise ardue ; ce qu’elle a été en effet ! Il y avait deux solutions : majorité « de gauche » pour laquelle était nécessaire l’accord de cinq partis : Gauche Verte, Pirates, Alliance Social-démocrate, Redressement et Avenir Radieux (34 députés) ou majorité « de droite » avec encore Redressement et Avenir Radieux associés au Parti de l’Indépendance (31 députés). Après deux tentatives, la première solution a du être écartée malgré les renoncements des Pirates, tant la distance entre Redressement et la Gauche Verte paraissait difficilement franchissable !
a

De g. à d., de haut en bas : Guðlaugur Þór Þórðarson, Þorsteinn Víglundsson, Jón Gunnarsson, Kristján Þór Júliusson, Þórdís Kolbrún Reykfjörð Gylfadóttir, Björt Ólafsdóttir, Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, Benedikt Jóhannesson, Bjarni Benediktsson, Óttarr Proppé, Sigríður Andersen

Le résultat obtenu est un gouvernement largement dominé par le Parti de l’Indépendance (6 ministres), surtout si l’on ajoute aux ministres, la présidence de l’Alþingi et celle des principales commissions parlementaires. Ce n’est pas illogique si l’on considère que le Parti de l’Indépendance dispose de 20 sièges à l’Alþingi, Redressement 7 et Avenir Radieux 4. Le risque pour ces deux derniers partis, dont l’un – Redressement – est né d’une scission pro-européenne du Parti de l’Indépendance, et l’autre se remet à peine d’une crise qui a failli le conduire à sa disparition, est d’être phagocytés et d’y perdre ce qu’ils ont pu créer d’identité. Ils en sont conscients et se sont manifestement attachés à obtenir les portefeuilles significatifs pour eux et des feuilles de route suffisamment claires pour que leur action ne soit pas contestée ultérieurement. C’est le cas notamment de la santé.
Le gouvernement est ainsi composé :

Pour le Parti de l’Indépendance :
Bjarni Benediktsson :Premier Ministre. Il était Ministre des Finances dans le précédent gouvernement,
Guðlaugur Þór Þórðarson : Ministre des Affaires Etrangères, connu pour ses positions anti UE,
Jón Gunnarsson, Ministre des Transports et de l’Aménagement du Territoire, rattaché au Ministère de l’Intérieur,
Kristján Þór Júliusson : Ministre de l’Education, auparavant Ministre de la Santé,
Sigríður Andersen : Ministre de l’Intérieur, qui remplace Ólöf Nordal, certainement trop malade,
Þórdís Kolbrún Reykfjörð Gylfadóttir : Ministre de l’Activité Economique, la plus jeune du gouvernement (29 ans), pour un poste très lourd incluant notamment le tourisme,
Pour Redressement :
Benedikt Jóhannesson, Ministre de l’Economie,
Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir : Ministre de la Pêche et de l’Agriculture, ancienne Viceprésidente du Parti de l’Indépendance,
Þorsteinn Víglundsson : Ministre des Affaires Sociales,
Pour Avenir Radieux :
Björt Ólafsdóttir : Ministre de l’Environnement,
Óttarr Proppé : Ministre de la Santé. 

b

Les présidents présentent leur projet

Je reviendrai autant que de besoin sur les parcours de ces ministres, ainsi que sur la répartition des responsabilités.
L’Accord de Législature, dont la rédaction a pris plusieurs jours mais à laquelle aucun des ministres n’a été associé en tant que tel, est un long document, très déséquilibré pour ce qui concerne les précisions. Vient en tête, et occupant une bonne part du texte, la Santé. Manifestement Óttarr Proppé a voulu que la très ambitieuse feuille de route négociée avec ses collègues soit aussi claire que possible.
On y aborde notamment l’accès aux soins et leur remboursement, ainsi que la répartition des structures de soins sur le territoire.
Autre sujet sur lequel l’accord insiste : la formation et le système éducatif.
Un certain nombre d’engagements sont pris sur des sujets jugés critiques pendant la campagne électorale : la réforme progressive du système des quotas de pêche, et la révision de l’Accord sur l’agriculture signé par le précédent gouvernement bien que très critiqué.
Compte tenu des positions très différentes des trois partis, il est vraisemblable que l’éventuel référendum sur la reprise des négociations ait fait l’objet d’âpres débats. Le résultat est une jolie pirouette : il reviendra à l’Alþingi de se prononcer, plutôt en fin de législature lorsque la situation de l’UE sera « plus claire » ( ?). Ceci est conforme à la constitution puisque l’organisation d’un référendum nécessite l’approbation de l’Alþingi mais aboutit en fait à transmettre la décision à la Gauche Verte, officiellement hostile à l’adhésion, mais partagée sur le principe d’un référendum !
Les dernières lignes sont consacrées à la réforme constitutionnelle ; très rapides…
D’ores et déjà les commentaires des uns et des autres montrent que bien des points doivent être clarifiés.
Beaucoup s’interrogent sur la durée de vie de ce gouvernement :
il n’a qu’une voix de majorité,
certains choix de ministres « interpellent », tel, à l’Intérieur, Sigríður, connue pour ses opinions d’extrême droite et devant conduire un ambitieux projet d’accueil d’immigrants, ou Þorgerður Katrín, archétype de la grande bourgeoise de Reykjavík, pour l’agriculture et la pêche au moment où les marins sont engagés dans une grève très dure,
des « éléphants » du Parti de l’Indépendance sont mécontents de voir insatisfaites leurs ambitions ministérielles au profit de femmes « inexpérimentées »,
Bjarni doit gérer une crise née de son « oubli » de communiquer avant les élections le rapport commandé par son ministère sur les fonds islandais cachés dans les paradis fiscaux.
Donc beaucoup de matière pour la chronique de fin janvier.
Michel Sallé